L’ancêtre tel qu’il fut en 2009

L’année 2009 est la quatrième année de casalibri.blog.fr, ou pour être plus précis, sa troisième année complète. Cette dernière démarre sur un thème suisse avec le catalogue de l’exposition Vallis Poenina (sous la direction de François Wiblé), avant de s’aventurer vers la vulgarisation économique avec Sexe, drogue … et économie (Alexandre Delaigue et Stéphane Ménia).

Comme ce blog contient pas mal de critiques de livres, Fahrenheit 451 (Ray Bradbury) ne dépareille pas. The Last Duel (Eric Jager) fait revenir le lecteur assidu au Moyen-Âge, ambiance prolongée par la seconde journée de la Tétralogie avec Siegfried (musique et livret toujours et encore de Richard Wagner). Le Programme Conscience de Frank Herbert n’ayant pas été achevé en 2008, il se prolonge en 2009 (L’effet Lazare). Le ballet n’est pas en reste avec La Sylphide de Bournonville, qui fait une très mauvaise transition avec The Interrogation Machine (Alexei Monroe), une étude du collectif artistique slovène NSK. Carnage and Culture nous ayant beaucoup plu et interrogé lui aussi, nous avons aussi pu critiquer Le Modèle occidental de la guerre de Victor Davis Hanson.

Puis retour au Moyen-Âge avec le manuel classique Les Vikings de Régis Boyer, avant de voir arriver le second opéra de l’année avec Jephtha (Händel et Morell), court intermède dans notre voyage septentrional qui se poursuit avec les Icelandic Folktales and Legends (Jacqueline Simpson). Plus polémique, Pour en finir avec la repentance coloniale de Daniel Lefeuvre égaye notre mois d’avril avant que mai ne commence avec Loot, Legitimacy and Ownership, un essai finalement pas très éloigné du précédent sur la possession des artefacts archéologiques écrit par le grand Colin Renfrew. Werther (pas les originals, celui sur une musique de Massenet) continue cette déjà  très musicale année 2009 avant que ne s’achève le cycle du Programme Conscience de F. Herbert (et Bill Ransom, Le Facteur Ascension). La veine SF continue avec La zone du dehors, du génial Alain Damasio mais se tarit vite pour laisser à nouveau la place au Moyen-Âge, à la philosophie et à la Normandie avec Aristote au Mont Saint-Michel de Sylvain Gouguenheim (à la sortie pour le moins remarquée !).

Le véritable d’Artagnan (Jean-Christian Petitfils) fait virevolter le blog, avant que l’opéra Falstaff (Boito/Verdi) ne le fasse lourdement atterrir. La suite de L’Oecumène d’Or (par John C. Wright, chroniqué en 2006), Le Phénix Exultant,  est enfin l’objet d’un article. Stratégie (Basil Liddel Hart) et Prouvé (sur l’ingénieur du même nom, par Nils Peters) ne sont que de petits dérivatifs avant de retrouver John C. Wright pour la fin de sa trilogie intitulé La Haute Transcendance. Richard III (Burton/Batistelli) fait revenir à l’art lyrique, et les îles britanniques restent à l’honneur avec An utterly impartial History of Britain (John O’Farrel). La famille Herbert, moins sanglante que les York, revient avec la suite de la Genèse de Dune (Le Jihad Butlérien, B. Herbert et K. Anderson), puis dans la foulée le troisième et dernier tome, La Bataille de Corrin. Le roman musical Louise (de Gustave Charpentier, et non pas Marc-Antoine …) nous est proposé à l’écoute en octobre, en préambule du massif et fort instructif Mille ans de langue française (dirigé par Alain Rey). Rien ne rapproche par contre Pèlerinage et piété populaire en Alsace (Marie-Thérèse Fischer) et Platon et son ornithorynque  entrent dans un bar (Thomas Cathart et Daniel Klein, la vulgarisation philosophique humoristique à son sommet !) …

La fin de l’année voit enfin un auteur qui sera amené dans les années suivantes à nous fournir plusieurs chroniques : H.P. Lovecraft  avec son Mythe de Cthulhu. Lui succèdent The Buried Book (sur la bibliothèque d’Ashurbanipal, de David Damrosh), Les cent ans de Dracula (anthologie dirigée par Barbara Sadoul) et enfin The Trojan War de Barry Strauss.

Toutes ces chroniques, avec les commentaires, sont à retrouver ici : Casalibri2009

Une réflexion sur « L’ancêtre tel qu’il fut en 2009 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.