Le piège Daech

Essai d’histoire du Levant et de la Mésopotamie contemporains de Pierre-Jean Luizard.

71Vp1Ie76QL._SX327_BO1,204,203,200_
L’histoire vue comme un bon gros bâton !

L’Etat Islamique, ou EI ou Daech, a fait une irruption plus que remarquée sur les écrans du monde entier en 2014, lors de ce qui était déjà la huitième année de son existence. Ce mouvement a pris la place de Al Qaida comme première organisation terroriste sunnite du monde en faisant deux choix stratégiques opposés : là où Al Qaida entendait gagner l’assentiment populaire pour pouvoir faire revivre le califat au travers d’un chef charismatique (O. Ben Laden) et dans un jihad déterritorialisé, l’EI a choisit de se tailler un domaine et d’instaurer le califat sans avoir à sa tête un chef charismatique. Certes, l’EI a accumulé les ralliements de groupes salafistes-jihadistes du monde entier du fait de ses succès (sans phagocyter entièrement les groupes locaux d’Al Qaida) et sa propagande particulièrement bien pensée pour cibler l’Occident a fait mouche, mais est-ce que ce groupe ne s’inscrit pas tout autant dans l’histoire du monde arabe d’après la fin de l’Empire ottoman que dans celle de la crise du monde musulman ? Pierre-Jean Luizard inscrit l’expansion de l’EI dans l’histoire de la Syrie et de l’Irak et démontrant surtout l’échec de l’imposition du concept d’Etat-Nation dans l’ancien Empire ottoman. Un siècle après, la rivière de l’histoire fait une résurgence karstique …

Après une très courte introduction expliquant l’objectif du livre, le premier chapitre entre tout de suite dans le vif du sujet avec l’irruption de l’EI en janvier 2014 à Falloujah (à 70 km de Bagdad) qui crève les écrans internationaux. L’armée irakienne subit déroute sur déroute, surtout parce qu’elle est formée de clientèle chiite et qu’elle s’est comportée comme une armée d’occupation dans les zones sunnites d’Irak. Mossoul et Tikrit sont rapidement, et avec elles des stocks plus que conséquents d’armes et de très grosses sommes d’argent (pour Mossoul, on parle de plus de 300 millions d’euros). Les Kurdes sont d’abord complices des actions de l’EI, avant par la suite de se distancer d’eux. Une fois la conquête faite, l’EI s’attaque à la corruption (en exécutant ceux qu’elle considère comme corrompus ou spéculateurs) et transmet le pouvoir local aux chefs tribaux, à la condition qu’ils appliquent les standards moraux de l’EI et n’affichent pas d’autre drapeau. En juin, les deux tiers de l’Irak sunnite sont aux mains de l’EI, ce qui pose la question de savoir si c’est encore un groupe terroriste ou déjà une organisation étatique qui risque de mettre à bas tout le système régional. L’EI ne se contente pas de rassembler les sunnites minoritaires oppressés par les chiites (après avoir eux-mêmes dirigé l’Irak pendant 80 ans), il internationalise le conflit en contestant les frontières issues des mandats et de fait la légitimité des Etats, et en attirant de nombreux jihadistes d’Europe, du Maghreb et d’Asie centrale (pour répondre de manière internationaliste à la coalition internationale qui se met en place).

Ces frontières sont issues du démantèlement de l’Empire ottoman, symbolisé par les accords Sykes-Picot. Le second chapitre retrace l’histoire de ces frontières et comment les populations de ces territoires finirent, souvent dans le sang, à accepter les nouveaux Etats (des Etats-Nations sans Nations …) que délimitent ces frontières, poussés par les puissances mandataires (qui avaient trahies leurs nombreuses et contradictoires promesses de la Première Guerre Mondiale) et leurs intérêts. Le rêve chérifien n’ayant pas vu le jour, l’idée panarabiste est reprise comme élément de discours par les partis nationalistes dans le but de prendre le pouvoir au niveau des Etats. Puis le troisième chapitre rappelle une constante dans l’histoire irakienne : l’Etat y est toujours contre la société, que ce soit quand il est aux mains des Sunnites (entre 1920 et 2003) comme quand il est dirigé par les Chiites (depuis 2003), mais être Kurde ne compte pas comme être Sunnite même si vous l’êtes … Avec les divisions confessionnelles et ethniques, il faut en plus aussi prendre en compte les tribus dont certaines ne sont arrivées en Mésopotamie qu’au début du XXe siècle (p. 73). Certaines d’ailleurs se convertissent (entièrement ou en partie) au chiisme, plus favorable aux opprimés (nous sommes dans un système bédouin ou les nomades ont l’ascendant sur les sédentarisés) et qui compte deux villes saintes en Irak (Kerbala et Najaf). L’urbanisation ne met pas fin au système tribal, il le déplace seulement dans les quartiers ou les immeubles.

Cette fragmentation irakienne ne se retrouve pas en Syrie (le quatrième chapitre) avant la guerre civile (près de 70% d’Arabes sunnites et de très nombreuses minorités composent la population en 2010). Le parti Baas est fondé dans les années 30 par un Grec Catholique, un Alaouite et un Sunnite. Il devient le parti des minoritaires qui veulent échapper à ce statut, avant qu’ en Syrie, les Sunnites y adhèrent en masse à partir de 1952 et du succès apparent du nassérisme. Seulement, à partir du début des années 60, les Alaouites commencent leur colonisation de l’armée (c’est aussi le fait des Druzes et des Ismaéliens). Hafez El-Assad prend le pouvoir en 1970 et cinq ans après, les Alaouites occupent 60% des postes d’officiers (mais les clans en son sein continuent de rivaliser, p. 101). En février-mars 2011, dans le cadre des Printemps arabes, les protestataires scandent des slogans pluriconfessionnels, mais c’est la très dure répression qui favorise la communautarisation du soulèvement. A l fin de l’année 2011, le sentiment anti-alaouite a fortement progressé, surtout dans la majorité sunnite (dont l’auteur souligne la forte tradition hanbalite, tradition qui a donné naissance au wahabisme, p. 105). Mais surtout revient à la surface un anti-chiisme violent, alors que justement le gouvernement s’est allié à l’Iran. Ce dernier fait aussi le choix de la confessionnalisation en combattant principalement l’opposition dite « modérée » et laissant les coudées franches aux groupes jihadistes afin d’obliger les puissances extérieures à le soutenir (alors qu’il avait soutenu les jihadistes quand les Etats-Unis étaient en Irak …).

Avec deux Etats en lambeaux, voir faillis, la situation régionale peut-elle encore empirer ? C’est l’objet du cinquième chapitre. L’Iran soutient sans se cacher le gouvernement irakien (qui est tout simplement son client). Le Liban, du fait de ses liens avec la Syrie, de sa fragmentation et des réfugiés qui en nombre sont venus sauver leur vie dans ce petit pays côtier, peut légitimement craindre une extension du conflit sur son sol. La Jordanie, fragilisée et ayant beaucoup de ses nationaux sous la bannière du jihad, est soutenue par les Etats occidentaux, et au premier rang desquels, les Etats-Unis. L’Arabie Saoudite, déjà très engagée au Yémen, finance divers groupes salafistes-jihadistes, dont certains ce sont retournés contre la main qui les nourrit. Enfin, la Turquie a cru pouvoir soutenir des Kurdes à l’extérieur du pays sans que cela ait de conséquences en Turquie même tandis que sa sortie du monolithisme kémaliste (nécessaire à l’AKP pour affirmer un islam politique) a aussi réveillé les revendications des alévis et remet en cause la touranité des groupes minoritaires. Pariant sur une chute rapide d’un gouvernement syrien qui était pourtant son allié, le gouvernement turc se range au côté de l’opposition. C’est positionnement aujourd’hui très critiqué en Turquie et sa politique néo-ottomane est plus qu’à l’arrêt.

Le dernier chapitre se recentre sur l’EI et son expansion en Syrie et en Irak. L’EI n’a pas fait que proclamer le califat, il tient à en faire un vrai Etat. S’il souhaite détruire les frontières mandataires, il ne méconnait pas les frontières ethniques et religieuses et surtout prend en compte l’existence des tribus même si de nombreux combattants étrangers affluent. L’EI appointe des juges, a une police des mœurs, a relancé les écoles et les universités (avec un programme bien entendu différent) et cherche à satisfaire les besoins de la population. Son service de propagande est maintenant bien connu et il est spécifiquement dirigé contre l’Occident (p. 169). L’auteur se garde de donner des solutions et même de faire de la prospective. Avec raison, puisque depuis la parution du livre, au début de l’année 2015, les choses ont encore bien changé, avec une plus forte présence russe en Syrie par exemple.

Ce livre, assez court (180 pages) et écrit gros, est une très bonne introduction à ce qui agite le Proche-Orient. Néanmoins, on voit que la spécialité de l’auteur est l’histoire de la zone (et si les notes infrapaginales sont peu nombreuses, on sent les sources sérieuses, par exemples sur les liens institutionnels entre religion et pouvoir, p. 67), mais pas le jihadisme. Le discours est très pédagogique, et donc d’une grande clarté. Il y a des cartes mais des cartes plus historiées et sériées auraient été un plus, puisque la situation tactique locale change tout de même très rapidement. Par contre les repères chronologiques en fin de volume sont assez pratiques. Un bon point de départ.

Qui se poursuivra bien vite dans cette veine !

(le double-jeu kurde p. 23 expliques certaines actions étatsuniennes contre les camions citernes transportant du pétrole de contrebande … 7,5)

L’ancêtre tel qu’il fut en 2010

Ah 2010 ! 2010 … Nous ne voyons pas quelles innovations ont eu lieu sur casalibri.blog.fr en 2010 mais peut être que cela apparaitra au lecteur en parcourant ce qui a été publié cette année là. Quarante-huit articles, rien de moins !

Continuer la lecture de « L’ancêtre tel qu’il fut en 2010 »

L’ancêtre tel qu’il fut en 2009

L’année 2009 est la quatrième année de casalibri.blog.fr, ou pour être plus précis, sa troisième année complète. Cette dernière démarre sur un thème suisse avec le catalogue de l’exposition Vallis Poenina (sous la direction de François Wiblé), avant de s’aventurer vers la vulgarisation économique avec Sexe, drogue … et économie (Alexandre Delaigue et Stéphane Ménia).

Continuer la lecture de « L’ancêtre tel qu’il fut en 2009 »

The Mitrokhin Archive

Essai historique de Vassili Mitrokhine et Christopher Andrew. Existe en français sous le titre Le KGB contre l’Ouest 1917-1991 : Les archives Mitrokhine.

Rouge comme le sang des victimes et noir comme la nuit mémorielle où sont ces dernières.
Rouge comme le sang des victimes et noir comme la nuit mémorielle où sont ces dernières.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce livre avait fait du bruit à sa sortie en 1999. Il ne révélait rien de moins que le « passage à l’Ouest », en 1992, de l’un des archivistes du premier directorat principal du KGB. Et il n’a pas voyagé à vide vers la Grande -Bretagne, puisqu’il a copié à la main, entre 1972 et 1984, des documents d’archives (qui remontent jusqu’aux années 1930) qu’il était chargé de transférer au nouveau siège du KGB. Si le qualificatif de transfuge semble ne pas pleinement s’appliquer à un retraité, ancien colonel, la masse d’information qu’il a donné au MI6 (qui l’a exfiltré de Russie et récupéré ses notes dans sa datcha) fait de lui la source la plus importante pour les services occidentaux sur l’espionnage de l’Est à la fin de la Guerre Froide mais aussi sur l’action du KGB à l’intérieur de l’URSS et du Bloc de l’Est. C’est cet apport que C. Andrew, historien officiel du MI5 et enseignant à Cambridge (et ayant collaboré avec O. Gordievsky, un autre colonel transfuge du KGB), confronte sur plus de 750 pages de texte avec ce qui est déjà su par ailleurs.

Les auteurs commencent par présenter les évolutions onomastiques de ce qui est le plus connu sous le nom de KGB, entre 1917 et 1990, une liste d’abréviations et d’acronymes, une note sur le système de translittération utilisé, un avant-propos puis une introduction à la version souple du livre qui permet à C. Andrew d’analyser la réception du livre, pointant notamment le regrettable fait (selon lui) que l’action du KGB contre les dissidents n’ait pas été plus remarqué par les commentateurs, chaque pays se concentrant sur « ses »espions (p. XXXVI).

Le premier chapitre a pour seul but de décrire comment se sont constituées lesdites « archives Mitrokhine » et comment elles sont parvenues en Grande-Bretagne. Le second chapitre relate quelques unes des opérations des premières années du NKVD/KGB de 1917 jusqu’à la fin des années 30, dont beaucoup eurent lieu en URSS même, reprenant les techniques d’agents provocateurs chères à l’Okhrana (la police politique du Tzar). Nombre de ces premiers agents ne survivront pas aux purges staliniennes (p. 124) et la tâche principale des Tchékistes entre 1934 et 1941 est de survivre, pas de chercher du renseignement. Les cinq chapitres suivants décrivent l’Âge d’Or de l’espionnage international du KGB, la période dire des Grands Illégaux, quand des agents recrutés pour des raisons idéologiques parviennent à des postes gouvernementaux ou très proches en profitant assez souvent de la naïveté des services de contre-espionnage ennemis. Les Cinq de Cambridge font partie de ces Grands Illégaux mais n’en sont pas les seuls membres (l’OSS étatsunienne est ainsi noyautée dès sa création grâce à des agents dans l’administration, p. 137 et p. 155). La manne est tellement incroyable, trop belle pour être vraie, que ces agents exceptionnels sont continuellement suspectés d’être en réalité des agents-doubles (p. 156-158, sauf quand il s’agit de neutraliser de possibles transfuges comme K. Volkoff), sans parler du fait que les renseignements collectés sont peu analysés … En Grande-Bretagne comme aux Etas-Unis, l’espionnage n’est pas que politique, il est aussi scientifique et technologique, à un niveau faramineux (p. 154-155). Le projet Manhattan en faisait bien entendu partie et Staline en savait plus sur ce projet que H. Truman quand il était vice-président et que la majorité du Cabinet britannique (p. 175). La fin de la Seconde Guerre Mondiale n’empêche pas la chasse des généraux Blancs qui avaient jusqu’à ce moment échappé aux tueurs du NKVD, ou au rapatriement de force de populations (c’est pour C. Andrew l’épisode le plus honteux de l’histoire militaire britannique de tout le XXe siècle, p. 177-179).

Après 1945, les Etats-Unis deviennent l’Adversaire Principal pour le KGB (chapitres 9 à 14), mais les recrues idéologiques se font beaucoup plus rares et les puissances occidentales regardent d’un autre œil ce qui leur parvient d’URSS et de ses satellites. Le KGB essaient néanmoins de renforcer son réseau, avec des agents sous couverture diplomatique comme des résidents illégaux, mais ne réussira jamais à reconstituer les positions qui étaient les siennes dans les années 30 aux Etats-Unis, déjà parce que le FBI a resserré sa surveillance et surtout parce que le Parti Communiste local a les coudées beaucoup moins franches. Si le combat idéologique a depuis 1917 été à l’ordre du jour à Moscou, il commence seulement aux Etats-Unis. L’absence de renseignements de haut-niveau a des conséquences assez dangereuses pendant la crise des missiles à l’automne 1962 (p. 239). Le KGB est même parfois moins performant que le service de renseignement tchécoslovaque dans les années 60 et 70 (où tout le monde ne part pas à la retraite en 1989 …). L’ONU par contre est bien sous contrôle, avec des agents parmi les assistants de plusieurs Secrétaires Généraux (p. 270-271).

Les chapitres 15 et 16 décrivent à l’inverse les opérations du KGB dans les pays du Bloc de l’Est dans l’immédiat après-guerre, notamment l’usage d’illégaux sans que les services locaux collaborent. Le Printemps de Prague (en 1968, mais le KGB continuera longtemps de se méfier de la Tchécoslovaquie) est un des thèmes centraux de ces deux chapitres, mais les auteurs considèrent aussi leur emploi en Pologne en 1970 p. 338 et 351), tout comme en Roumanie, Allemagne de l’Est, Hongrie et Bulgarie (p. 362). On peut aussi constater que le tropisme antisémite du KGB reste fort jusque dans les années 70 (en Hongrie par exemple, p. 355-356).

Le KGB est aussi chargé des liens avec les partis communistes de l’Ouest, au premier rang desquels le français et l’italien, avec de nombreux transferts de fonds (chapitre 17), mais l’eurocommunisme est un danger idéologique qui préoccupe beaucoup le service (chapitre 18), sans qu’il puisse agir comme en URSS à l’encontre des dissidents, où il rencontre souvent le succès (chapitres 19 et 20). Si parfois leur célébrité (Sakharov) leur évite l’internement psychiatrique, le service leur mène une vie très dure, faites de rumeurs et d’agents provocateurs.

La Guerre Froide, c’est aussi la guerre des ondes, avec son corollaire qui est l’interception des émissions radio (chapitre 21). En 1990, il n’y a rien moins que 350 000 personnes en URSS chargées des interceptions (p. 460-461), ce qui bien sûr n’empêche pas les actions plus musclées à l’étranger (chapitres 22 et 23), que ce soit des assassinats ou des enlèvements (ou leurs projets). Si certains projets aboutissent, le KGB éprouve de plus en plus de difficultés à localiser les transfuges pour les tuer (les années 60 et 70, p. 479-482). De ce côté-là aussi, les années d’avant-guerre sont bien loin …

Le premier directorat continue ses opérations de renseignement politique et technologique en Europe de l’Ouest, que ce soit en Grande-Bretagne (chapitres 24 et 25), en RFA (le chapitre suivant), ou en France et en Italie (chapitre 27). En Allemagne de l’Ouest, d’anciens SS sont employés par le KGB (p. 472), mais des ressortissants de la RDA sont aussi parmi les agents envoyés à l’Ouest (avec ou sans la collaboration du HVA, le service d’espionnage extérieure de la RDA). Ces derniers servent par exemple pour les opérations « Roméo » (ce dont use aussi le HVA), destinées à séduire principalement des secrétaires dans les ministères ouest-allemands (tout au long des décennies 50 à 70, p. 581). Il est même un « Roméo », jugé incontrôlable, qui devient la cible d’une Juliette (p. 587). L’idée maîtresse qui préside à toutes ces opérations est que l’OTAN va déclencher une frappe atomique préventive (opération RYAN). Cette idée tourne à la paranoïa chez les analystes en URSS au début des années 80 (malgré l’existence d’un agent pendant trente ans au bureau du Chiffre du Quai d’Orsay, p. 608, dont le livre nous dit pas s‘il fut par la suite inquiété par la justice) et les agents de terrain n’arrivent pas à les en faire démordre. Ce défaut fondamental d’analyse va conduire le monde au bord du conflit atomique en novembre 1983 … Le renseignement technique est cependant moins affecté par le biais d’analyse, mais son exploitation laisse par contre à désirer (p. 586-587). Si le KGB cherche à influencer les opinions publiques (Le Monde prend cher p. 612), il rencontre peu de succès (le mouvement des euromissiles est évidemment aidé par le KGB, p. 631) et beaucoup de dépenses, même en utilisant l’antisémitisme qui est le sien (p. 612).

La surveillance des églises, qui ne sont plus combattues à partir du début des années 40 en URSS, est aussi du ressort du KGB. L’insignifiant prend des proportions incalculables, mais quand il est questions de principes idéologiques, les quelques milliers de Baptistes, Témoins de Jéhovah et autres sectes inoffensives pour l’Etat sont réprimées avec sévérité (p. 658). Ce chapitre sur le KGB et les religions (le 28e) explique beaucoup de choses sur le paysage religieux actuel en Russie, et surtout sur les liens entre le Patriarcat de Moscou et le pouvoir politique (p. 660 par exemple).

Les deux derniers chapitres traitent de la crise polonaise (Solidarnosc et Jean-Paul II) et du début de l’effondrement du Bloc de l’Est (que l’auteur date de fin novembre 1986, p. 705), alors que des moyens colossaux sont consacrés à la surveillance des citoyens soviétiques et que tout est déviance idéologique (y compris le rock, ce qui se justifie aisément, p. 711-712).

L’épilogue, enfin, voit une critique par les auteurs de l’historiographie dans ce quelle manque de remarquer l’importance du rôle du KGB (et au-delà des services secrets en général auprès de chaque gouvernement) dans la conduite de la politique étrangère de l’URSS. Les auteurs parlent de dissonance cognitive, une volonté de ne pas regarder (p. 716). Il faut ainsi prendre en compte que pour le régime soviétique, la Garde Blanche était bien plus dangereuse que Hitler, sans parler des trotskystes ! Le KGB, qui dans les années 30 se confond avec les diplomates soviétiques, ne rencontre quasiment aucune opposition en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis avant la Seconde Guerre Mondiale. Six ministres britanniques seulement connaissent ULTRA, le programme de décryptement des messages militaires allemands entre 1939 et 1945 organisé à Bletchley Park, six ministres … et Staline. Le programme étatsunien VENONA (qui vise à décrypter les communications soviétiques à partir de 1940 et jusque dans les années 80) était connu de Staline cinq ans avant le directeur de la CIA (en 1947) ou le Président des Etats-Unis (p. 716-717). L’épilogue s’achève sur une courte histoire de ce que le KGB devient dans les années 90, prenant de plein fouet la fin de l’époque des idéologies (p. 719). Le KGB passe ainsi d’un système où les renseignements parviennent en masse mais où l’Etat autoritaire empêche la pensée hétérodoxe nécessaire à un service de renseignement à un système certes plus libre mais où les renseignements (que l’on n’arrivait pas à analyser correctement) n’affluent plus comme avant. Mais les problèmes de l’analyse avec un trop plein d’informations n’est pas un problème uniquement rencontré par le KGB …

Il faut bien évidemment s’accrocher pour venir à bout de ce pavé qui fourmille d’informations, mais qui par certains moments peut se lire avec un certain allant (et même parfois de l’humour, p. 280). Le fait que l’on n’ait pas en miroir l’envers du décor peut aussi, de façon fausse, faire croire au lecteur que les services occidentaux n’ont rien fait pour se protéger des menées du KGB ou pour agir en URSS (ce qui est assez vrai avant 1945, beaucoup moins après comme le montre les quelques lignes sur l’affaire Farewell). Les années 20 sont peu traitées (malgré leur intérêt tout aussi évident que les autres décennies), mais c’est sans doute là un effet de ce que Mitrokhine a pu voir et recopier (ou l’intéresser).

Nous croyons que le second tome, consacré au « Tiers-Monde », nous tend les bras !

(p. 641, l’autoflagellation en matière d’anticolonialisme n’est pas que une spécialité française …8)

Avant ce blog …

… il y en avait un autre.

Ce dernier était hébergé sur la plateforme blog.fr, qui a fermé fin 2015.

Comme nous ne pouvions décemment rester à l’arrêt et ne plus publier des articles sur des objets culturels que nous espérons variés, nous continuons donc sur ce site (qui a toutes les chances de voir son aspect encore changer dans les temps à venir).

Néanmoins, nous ne souhaitions pas que l’ancien blog (très rigoureusement homonyme) ne tombe dans l’oubli, aussi mettrons nous dans les articles suivants les archives que nous avons pu opportunément sauver avant la tombée du rideau.