Dune

Exploration scientifique et culturelle d’une planète-univers
Recueil d’articles sur une approche scientifico-culturelle du cycle de Dune, sous la direction de Roland Lehoucq.

Ce poignard est une insulte québecoise.

La sortie d’une nouvelle adaptation filmée du roman de F. Herbert a bien entendu fait éclore de nombreux projets éditoriaux, comme nous avons déjà pu le voir plus haut dans ces lignes avec le Mook. Et ce livre a justement beaucoup à voir avec ce dernier (paru après lui). Déjà (au-delà des thèmes analogues) des dix auteurs présents ici, cinq ont contribué aussi au Mook. Mais surtout, les articles de ces mêmes cinq auteurs semblent être les versions longues de ce qu’ils ont écrit dans le Mook. Certains passages sont mêmes identiques. Il y a donc clairement des chevauchements, mais cela n’entame en rien l’intérêt de ce livre qui offre des points de vue et des informations qu’il ne nous semble pas avoir lus ailleurs.

Comme Dune est un cycle prenant place principalement sur la planète Arrakis, c’est avec l’astrophysique que le tour d’horizon commence. Avec les indications données par F. Herbert, il est possible d’estimer quelles devraient être les relations des principales planètes avec leur étoile, les conditions au sol et les possibilités d’existence de tels corps célestes. Qui dit planètes dit aussi distances à parcourir, la solidité de l’Empire reposant en premier lieu sur des temps de voyages très réduits. L’on passe ainsi naturellement à la question très épineuse du voyage spatial à très grandes distances, que F. Herbert a résolu en faisant contracter l’espace aux Navigateurs de la Guilde.

Le lecteur est ensuite amené sur la surface d’Arrakis pour d’abord parler biologie (et F. Herbert semble très au fait des derniers développements des années 1960, p. 63), c’est-à-dire du Ver et de son rapport à la planète, puis ensuite de l’épice en s’interrogeant sur ses caractéristiques et sa composition probable. Peut-être est-elle, dans une certaine mesure, reproductible sur Terre ?

La question de l’énergie est-elle aussi divisée en deux articles. Le premier aborde la question de manière générale en la passant au tamis du trilemme sécurité/équité/durabilité puis l’on passe à un cas plus pratique avec le distille, concentré de recyclage circulaire mais qui nécessite lui-aussi une source d’énergie. Produit purement local, il permet aussi dans un article très théorique qui lui fait suite de s’interroger comment est pensée l’innovation sur la planète désertique.

 Après l’environnement et la technologie qui en est la conséquence, le lecteur est ensuite envoyé vers les habitants d’Arrakis. Il est d’abord considéré l’exotisme de la planète (et de l’univers lui-même, sa capacité d’émerveillement) au travers du langage puis ce sont les femmes du Bene Gesserit vues en tant que cyborgs qui sont mises en lumière (un article fort stimulant, cependant trop politique et limité au premier roman). Reprenant de l’altitude, le livre passe dans l’article suivant à la géopolitique de l’Imperium et quitte à ce moment-là le monde physique pour le monde des idées et dans un premier temps la question des religions dans le monde de Dune et les syncrétismes modelés par F. Herbert (très belle mise en ordre). Le rapport entre la science et la prescience prend la suite, avant de passer à la Mémoire Seconde du Bene Gesserit vue comme une possession (par les ancêtres, sur un modèle africain).

Le dernier article fait office de conclusion en faisant ressortir différents éléments historiques (Empire ottoman et T.E. Lawrence par exemple), politiques (les Kennedy comme pouvoir charismatique et familial) et romanesques (la Beat Generation) qui forment en un savant mélange un cycle romanesque intemporel.

Après la lecture de ce livre, le lecteur sera convaincu que, contrairement aux apparences, F. Herbert a écrit un roman de Hard-SF, ou qui du moins ne peut se limiter à son aspect féodal dans l’espace. Le lecteur en sera convaincu aussi parce que les auteurs savent de quoi ils parlent, de première main. Certes, on peut discuter de certains arguments (très injuste sur T.E. Lawrence p. 215), de certaines affirmations (certains problèmes de logique dans le chapitre sur les cyborgs, la pédophilie de V. Harkonnen qui devient de l’homosexualité p. 322 ou encore une Baie des Cochons très simpliste p. 325) qui même parfois sont en contradiction avec ce que dit le roman (Mohiam est bien la mère de Jessica p. 199, Ix faisant des machines pensantes p. 256). Très solidement sourcé, le livre est aussi très dynamique avec des chapitres courts, rythmés et bien entendu bourrés d’informations. L’origine de l’adjectif « butlérien », faisant référence à Samuel Butler, auteur en 1863 d’une théorie de l’évolution des machines conduisant à l’extinction de l’humanité, ne nous était par exemple pas connue (p. 141). On pourra regretter, mais tout en sachant que cela s’éloignerait du but du livre, un article replaçant Dune parmi la production de F. Herbert. Il n’y en a qu’une ébauche p. 283 et ce serait sans doute une excellente idée pour un éventuel second tome, de même qu’une comparaison de la prise de pouvoir de Paul Atréides avec la Grande Révolution Française.

(étonnante cette idée de grumeaux narratifs p. 172 … 8)

Wie wir Menschen wurden

Essai de vulgarisation paléoanthropologique de Madelaine Böhme.
Existe en langue anglaise.

Des petits pas, puis des grands.

La paléoanthropologie a franchi un immense palier avec l’arrivée de l’analyse génétique, comme nous avions déjà pu le voir pour des périodes plus récentes (ici avec l’indo-européanité). Initialement une branche de l’anatomie comparée, elle associe aujourd’hui le terrain de fouilles aux travaux en laboratoire, entre génétique, datations par diverses méthodes et paléoécologie.

Le livre commence avec un jeu de piste à la poursuite des restes d’une fouille effectuée par un professeur de Erlangen, appelé sous les drapeaux, à Athènes en 1944. Le lieu des fouilles était déjà connu pour sa richesse en fossiles au moment de la renaissance hellénique. L’auteur (qui enseigne à Tübingen) souhaite retrouver la mâchoire inférieure du Graecopithecus freybergi pour le comparer à une découverte beaucoup plus récente faite en Bulgarie. Entre les sous-sols de la Halle des Congrès au Terrain des Congrès du Parti à Nuremberg et un vieux coffre à l’université d’Erlangen, l’auteur remet la main sur ce qu’elle cherchait et que les fouilleurs de 1944 savaient très important. La datation en 2015 et l’étude au scanner permettent de s’assurer que la mâchoire appartient à un grand singe, qui parcourait la cuvette athénienne il y a 7,175 millions d’années. Au moment où Hommes et Chimpanzés se distinguent …

La seconde partie du livre se concentre sur ce que l’auteur dénomme la « vraie » Planète des Singes. Les singes ne sont pas uniquement présents en Afrique (où il a longtemps été cru que tout se passait en termes d’évolution vers l’homo sapiens, p. 157, p. 212 sur la migration des animaux vers l’Afrique et pourquoi pas les grands singes) mais sont très présents dans toute l’Eurasie. L’auteur en a par ailleurs trouvé un exemplaire dans le sud de l’Allemagne (ayant vécu il y a 11 millions d’années) et le surnommera du nom d’un chanteur passant à ce moment beaucoup à la radio (p. 96-97). Si cela ne rappelle rien …

La partie suivante arrive au cœur du sujet : comment distinguer le « chaînon manquant », déjà pré-humain ou encore singe ? L’auteur a soutenu en 2017 que le Graecopithecus n’est pas à classer parmi les singes mais bien parmi nos ancêtres. Comment alors, puisque c’est un critère primordial, détecter la bipédie dans les restes osseux ? Cambrure de la voute plantaire et position du pouce du pied permettent une première approche mais c’est tout le squelette (la liaison craniocervicale se déplace de l’arrière vers le dessous de la boite crânienne), son équilibre et la musculature associée (le cou, pour garder la tête droite dans le plan des épaules par exemple) qui se modifie par rapport aux grands singes. Une empreinte crétoise de pied, avec un pouce déjà en voie d’alignement avec les autres doigts peut-il être attribué au Graecopithecus ? Cette partie est aussi l’occasion de faire un rappel sur la théorie de l’origine africaine de l’homme (à mettre en rapport avec les découvertes faites à Java et en Chine) et de faire un sort au Sahelanthropus, découvert en 2001 et aussi appelé Toumaï. Le monde de la recherche peut parfois avoir quelques ressemblances avec la jungle (p. 143-147) …

La quatrième partie met l’accent sur le lien entre évolution et environnement, une relation déjà bien connue depuis Darwin. La question est ici de pouvoir comprendre le contexte des os que l’on retrouve, dans quel environnement végétal et faunique se trouvent les grands singes ou les préhumains. Pour ce qui est du Graecopithecus, il vit dans une savane, au bord d’une Méditerranée qui n’a pas toujours été très propice à la baignade (50° et une mer évaporée il y a 5,6 millions d’années, au plus fort de la « Crise de la salinité messinienne » et la fermeture du détroit de Gibraltar, avec des tours de sel p. 207). La partie suivante passe ensuite en revue ce qui fait l’humain : la main libérée de la marche (la naissance du geste et des outils, dès l’Australopithèque mais pas forcément inventé en Afrique), la migration curieuse (avec les Hobbits de l’île de Flores), l’importance de la course comme technique de chasse (et les prédispositions physiologiques que cela favorise), le développement de la boîte crânienne (comment le feu permet une autre alimentation, plus facilement assimilable, libérant énergie et temps pour ce même cerveau, p. 222) et le langage qui dépasse la simple fonction d’alerte (p. 226, tourné vers l’autre à la différence des signaux envoyés par les singes).

La sixième et dernière partie fait le point sur l’état des connaissances qui a été chamboulé depuis vingt ans par les découvertes dont parle l’auteur. Quelles sont les relations entre ces différents humains (douze types à ce jour), répartis sur toute l’étendue de l’Ancien Monde ? Pour l’auteur, au vu des analyses du génome de l’homme moderne, il est faux de parler de disparition des autres branches de l’humanité : il y a eu fusion. Aujourd’hui, entre 2 et 8% de notre génome a pour origine ces humains « disparus » (selon la région du monde concernée, p. 308).

Les deux dernières décennies ont donc renouvelé dans les grandes largeurs les connaissances de la paléoanthropologie. L’origine purement africaine de l’espèce humaine est fortement remise en question, n’empêchant pas pour autant des aller-retours justement dus aux modifications de l’environnement. Et dans ce livre, ce dernier a une place très importante, parce qu’il conduit les mutations gagnantes chez des grands singes qui conduisent à l’homo sapiens. Mais l’homme agit aussi sur son environnement, dès avant la naissance de l’agriculture (qui fait passer la population humaine de quelques dizaines de milliers d’individus à quelques millions, p. 310). Le loup a été domestiqué avant les premières plantations, sans doute parce qu’il accompagnait les chasseurs, qui comme lui, faisaient courir leurs proies pour les abattre ou attendre qu’elles succombent à cause d’une température corporelle trop élevée (p. 252). Et tout ceci est peu de choses par rapport à ce que l’homme a modifié sur la Terre par son action …

Ce livre est très richement illustré, avec de nombreux schémas, chronologies et illustrations en couleurs, qui sont d’une très grande aide pour la compréhension. C’est écrit de manière très agréable, renforçant de ce fait l’aspect vulgarisateur (l’auteur a été aidé par deux journalistes scientifiques sur ce point). Cet ouvrage est un excellent rafraichisseur de connaissances ou une excellente amorce pour un lecteur qui n’a jamais abordé ce genre de sujet. Direct, il accumule les informations avec peut-être quelques circonvolutions dans les premiers chapitres (sur « l’enquête »). Le livre n’est bien entendu pas exhaustif avec ses 300 pages de texte (rien par exemple sur le rapport main/bouche dans l’émergence du langage) mais dans ce format c’est rigoureusement impossible.

Mais ce qui a le plus enflammé notre imagination, c’est la théorie selon laquelle ce sont les éléphants qui ont permis aux hommes de franchir des bras de mer pour rejoindre des îles (bien avant l’invention du bateau) soit en leur montrant l’existence de terres, soit en les transportant, comme c’est encore le cas en Indonésie au XVIIIe siècle. Et cela ne concerne pas uniquement l’île de Flores mais aussi les îles de la Méditerranée (p. 243).

Il va sans dire qu’il mérite une traduction en français, mais peut-être que son équivalent dans cette langue existe déjà.

(jusqu’à 3,5 km de sel entassé durant la crise de salinité messinienne sur le plancher de la Mediterranée … 8/8,5)