Königinnen der Merowinger

Adelsgräber aus den Kirchen von Köln, Saint-Denis, Chelles und Frankfurt am Main
Catalogue de l’exposition du même nom sous la direction de Patrick Périn et Egon Wamers.

Reine un jour, reine toujours.

Il n’y eu visiblement en 1959 pas le même engouement qu’en 1922 quand H. Carter mis au jour une petite tombe dans la Vallée des Rois thébaine. Pourtant fut découverte cette même année la plus ancienne sépulture royale française (plus précisément franque), en la basilique de Saint-Denis. Peut-être un tout petit peu moins d’or entassé … et une image beaucoup moins positive (la barbarie, les « Ages Sombres », les rois fainéants etc.). Le sarcophage est intact et renferme les restes de la reine Arégonde en plus de plusieurs artefacts trahissant son rang royal. Les sépultures comparables et de cette période qui nous sont parvenues sont peu nombreuses : celle de Wisigarde à Cologne, de Balthilde à Chelles et d’une fillette de très haut rang à Francfort-sur-le-Main. Elles furent toutes mises en miroir dans l’exposition de 2012 et conséquemment ce catalogue.

Le livre ouvre sur une partie introductive centrée sur la place des femmes de haute noblesse dans la société franque, entre polygamie royale (exorbitante du droit commun et combattue par l’Eglise) et sainteté (comme nous allons le voir), mais aussi quelques données biographiques sur les reines franques évoquées dans ce catalogue. Il y a aussi quelques généralités sur le matériel retrouvé dans les tombes (la question de l’origine assez étonnante du grenat des bijoux cloisonnés se trouve plus loin dans le livre p. 110-111) et leur origine, puis quelques explications sur les sépultures auprès ou dans les églises au Haut Moyen-Age. L’église n’est pas toujours préexistante et les Mérovingiens semble aimer les ruines romaines comme lieu de sépulture (quitte à prendre un bain pour une église, p. 63) ou construire une halle sur la tombe dans le cimetière.

 Suit la première figure considérée, la reine Wisigarde (c. 510 – c. 538), épouse de Théodebert Ier. Sa tombe a été (de manière extrêmement probable) retrouvée à Cologne, sous l’actuelle cathédrale en 1959 (elle aussi). Dans la tombe voisine et exactement contemporaine se trouve un garçon, dont l’analyse génétique (mitochondriale) montre l’absence de lien familiaux avec Wisigarde. Dans la tombe de cette dernière, on ne dénombre pas moins d’une centaine d’objets, de la fibule cloisonnée, aux anneaux et bracelets en passant par une sphère en cristal de roche, un couteau à manche en or, des bouteilles en verre, des gants et un coffre. Une telle richesse accompagnant la défunte a pu faire douter certains scientifiques du christianisme de la personne inhumée. Cela semble néanmoins être le cas, la présence d’offrandes variées (y compris de la nourriture) n’étant pas absente d’autres tombes contemporaines et chrétiennes (p. 69). Il y a après tout des monnaies dans la tombe du pape Jean-Paul II …

Le chapitre suivant est consacré à la reine Arégonde (née vers 514 et morte entre 571 et 582, p. 116), dont le sarcophage a été retrouvé à Saint-Denis sous la basilique du même nom. Le sarcophage, loin d’être esseulé (l’analyse ADN a détecté quinze individus ayant des liens familiaux avec Arégonde et ensevelis à proximité), contient un mobilier très riche et varié dont les pièces centrales sont une épingle ouvragée et une bague portant le nom de la reine. L’analyse de la dépouille conclut à une légère infirmité de la reine, à cause d’une poliomyélite contractée entre quatre et cinq ans, à de l’arthrose (la reine est morte soixantenaire) et à un accouchement difficile au vu de l’émail dentaire (Chilpéric Ier en 534, p. 106 ?).

La reine Balthilde (c. 625-680) est la troisième reine considérée. Elle a été inhumée dans le couvent qu’elle a fondé à Chelles-sur-Marne mais sa sépulture d’origine n’est plus identifiable. Par contre, du fait de sa sainteté, le contenu de la tombe, cendres comme artefacts, ont été conservés comme reliques (translatio en 833). Arrivée encore enfant (vers 641) comme esclave ou otage à la cour franque depuis l’Angleterre, elle épouse vers 649 le roi Clovis II. En 657, elle est co-régente au nom de son fils mineur Clothaire III, assistée entre autres par l’évêque Eloi de Noyon, celui que la chanson a rendu populaire pour une histoire de vêtement et orfèvre de grand talent. Elle fonde de nombreux monastères dans la mouvance irlando-franque (règle de Saint Colomban), dont celui masculin de Corbie et celui de Chelles (en 658/659, sur le site d’une chapelle fondée par la reine Clotilde, l’épouse de Clovis Ier) où elle se retire à la majorité de Clothaire III en 665. Des possessions de la sainte ont été conservés une tunique portant des broderies reproduisant des bijoux (sans doute ceux qu’elle portait en tant que reine avant 665, p. 131-136), un manteau en soie, une fibule dorée, une ceinture et différents galons tissés. Une mèche de cheveux nous est aussi parvenue avec un long bandeau de soie enroulé autour permettant de reconstituer la coiffure de la reine. Enfin, parmi les reliques, des restes de plantes sauvages (le fond du sarcophage ?) et de l’encens.

A la description des reliques de Chelles fait suite un article sur le sceau en or découvert en Angleterre en 1998 et qui a toutes les chances d’avoir appartenu à Balthilde (aux liens forts et persistants tout au long de sa vie avec l’île). C’est un sceau monté sur un axe, avec sur une face un portrait féminin en buste et l’inscription +BALdEhILDIS et sur l’autre face un couple nu, ayant vraisemblablement une relation intime surplombés d’une croix. Un autre article détaille les liens entre Balthilde et Saint Eloi, évêque, orfèvre de la cour mais aussi chargé du trésor royal et de la frappe des monnaies.

La dernière partie du catalogue est consacré à la tombe d’enfant découverte en 1992 dans l’église des Saints-Bartholomée-et-Charlemagne de Francfort-sur-le-Main. Cette église avait été construite sur la basilique du Saint-Sauveur (855) due à Louis le Germanique et desservant le palais de Louis le Pieux à proximité immédiate, mais la tombe était abritée par un bâtiment rectangulaire (memoria ?), une chapelle étant située plus à l’ouest. La tombe est celle d’une fillette âgée de quatre ou cinq ans, datée des débuts du VIIIe siècle, et appartenant à la haute noblesse franque (qui administre le domaine royal sur les bords du Main ?). Inhumés avec la fillette, des victuailles et des tasses en verre, des tissus (dont une couverture tissée avec une croix en or), mais surtout la défunte porte de nombreux bijoux de tous types, un olfactoriolum autour du cou (une boîte diffusant du parfum), un bracelet romain et un objet trapézoïdal en ivoire.  Le plus étrange étant la présence à la droite de la fillette d’une autre sépulture contemporaine, celle d’un garçon du même âge, crématisé dans une peau d’ours accompagnée de divers os d’ours et de griffes. On peut imaginer que, enfants de familles amies et décédés des mêmes causes, il a été décidé d’une inhumation conjointe mais selon deux rites radicalement différents, l’un chrétien et l’autre païen. Toujours est-il que la tombe de la fillette se retrouve en plein dans l’axe de la nef de l’église Saint-Sauveur 150 ans plus tard, démontrant sans doute une persistance mémorielle et une considération spéciale.

Cure rafraichissante et régénérative pour celui qui n’a pas entendu parler des Mérovingiens depuis trop d’années, ce livre ravira aussi le profane par ses très nombreuses illustrations (de tous types) et sa clarté, qui ne se fait pas au détriment de son exigence méthodologique. On notera aussi la présence de nombreuses cartes. La qualité des pièces d’orfèvrerie présentées reste ahurissante, mais ce qui va sans doute nous rester le plus en mémoire ce sont les liens culturels très forts avec Constantinople dans les cours franques. Le ton est donné pour les bijoux et l’habillement en grande partie du côté du Bosphore, mais cela s’étend aussi aux pratiques funéraires (refaire chez soi l’église des Saints-Apôtres de Constantinople, exemple de mausolée impérial, avec l’actuelle église Sainte-Geneviève à Paris). Entre Romains …

Toujours et encore (et comme nous en parlons depuis des années), les soi-disants « Ages Sombres » gagnent en luminosité.

(Arégonde fait importer ses chaussures de la Rome byzantine p. 115 … 8)

La mort de Louis XIV

1er septembre 1715
Apogée et crépuscule de la royauté
Essai historique de Joël Cornette.

Un pays à la baguette jusqu’au dernier souffle.

Joël Cornette, le grand spécialiste de l’absolutisme en France, démontre dans ce livre la centralité pour le XVIIIe siècle français de la date du 1er septembre 1715. Pour l’auteur, professeur à Paris-VIII, cette date n’est pas que celle de la mort de Louis XIV mais aussi celle de la fin d’une époque, démarrée en 1661, qui fut celle de l’éloignement et de la haute noblesse et du Parlement de Paris du gouvernement du Royaume.
En effet, dès le lendemain, le 2 septembre, le Parlement se replaçait à l’intérieur du système décisionnel en appuyant les prétentions du duc d’Orléans à une régence en titre (le testament du roi prévoit juste pour le duc la présidence du conseil de régence, sans prééminence) et la polysynodie (gouvernement des conseils, mais plutôt éloigné des soviets) marquait de son côté le retour de la haute noblesse aux ministères dans les semaines qui suivirent. Tout ce que Louis XIV avait combattu pendant des décennies …

En plus de 300 pages et treize chapitres, J. Cornette explore dans le détail la fin du règne le plus long de l’Histoire de France, 72 ans, dont 54 de règne personnel. Passé la courte introduction qui justifie le choix d’une telle date, l’auteur commence naturellement son récit par la mort du roi, au bout de 23 jours de souffrance en public. Malgré le mal qui le ronge (la gangrène que le médecin personnel Fagon s’acharne à croire une sciatique, p. 23), Louis XIV honore tous ses rendez-vous et suit tous les rituels que la cour attend. Il faut maintenir jusqu’au bout la jonction des deux corps du roi, le physique (qui a survécu à quantité de maladies) et le spirituel, celui de l’Etat. Le 24 août, Louis XIV a pris conscience que la fin approche et commence à prendre ses dispositions. Dans ses adieux, les témoins parlent tous de la grande maîtrise du roi, de son autorité et de son humanité. Le dimanche 25 août, le roi reçoit les derniers sacrements, montrant une grande piété, mais travaille pourtant encore le jour même avec ses ministres. Il fait ses adieux à ses fils légitimés, confie le Dauphin au maréchal de Villeroy, puis le 26 fait ses adieux aux princes du sang. Le 28, il perd plusieurs fois connaissance et le lendemain, un charlatan est même autorisé à utiliser un remède miracle contre la gangrène (qui bien sûr échoue). Le 30, plus aucun courrier n’est autorisé à quitter le palais de Versailles (pour contrôler l’information de la mort du roi) et Mme de Maintenon quitte à jamais le château. Le 31 août, Louis XIV arrive encore à réciter la prière des agonisants à haute voix malgré son extrême faiblesse. Puis enfin, le 1er septembre à 8 heures et quart, il passa de vie à trépas.

Le second chapitre poursuit la progression chronologique en montrant le basculement immédiat dans l’après-Louis XIV. La mort du roi est annoncée, et sa succession dans la foulée. Les courtisans rendent à la fois hommage au souverain mort, exposé dans sa chambre, mais surtout au jeune Louis XV, habillé en grand deuil. Dès le 2 septembre au matin démarraient les opérations d’embaumement du cadavre, avec autopsie et extraction du cœur. Ceci fait, le corps est placé dans un cercueil de plomb, aussitôt soudé, lui-même placé dans un cercueil de chêne cerclé. Le 4, les entrailles du roi rejoignent celles de son père Louis XIII à Notre-Dame de Paris. Le 6, le cœur du roi est déposé en l’église St-Louis des Jésuites, où il rejoint là aussi celui de son père. Enfin le 9 septembre, le cercueil quitte Versailles pour Saint-Denis en une longue procession de plus de mille personnes, de toutes qualités, qui contourne Paris par l’ouest. Là encore, Louis XIV est séparé du peuple. Le 10 septembre, vers 7 heures, le char funèbre atteint l’abbaye royale. Là, dans une chapelle ardente, la dépouille royale attend quarante jours avant que soit procédé à l’inhumation. Enfin, le 23 octobre suivant, les funérailles (que beaucoup de témoins jugent sans grande pompe) eurent lieu en l’absence du jeune Louis XV.

Cette absence de pompe est-elle un symptôme visible de la grande lassitude que semble avoir engendrée la très grande longueur du règne (chapitre troisième) ? La parole se libère comme le rapporte les lieutenants de police, et ces voix ne sont pas automatiquement réprimées, et du moins pas aussi sévèrement que cela l’était avant le 1er septembre. Des hommes d’église même se permettent des critiques et à la cour le deuil n’est pas des plus démonstratifs. De nombreux libelles paraissent, attaquant le défunt roi sur quantités de sujets et leurs auteurs sont parfois des exilés qui avaient déjà fait circuler des textes en France du vivant de Louis XIV. Tout ceci contribue à une déconstruction de la figure du prince (p. 69), mais c’est une régénération qui est attendue, pas une révolution.

J. Cornette arrête là son récit chronologique (déjà un peu chahuté dans le troisième chapitre) pour dans le chapitre suivant revenir à l’année 1661, celle de la prise en main de l’Etat par Louis XIV (alors âgé de 22 ans). Le 9 mars 1661, le jour même de la mort du cardinal Mazarin, le roi, à la surprise générale, édicte ses résolutions lors d’un conseil : pas de Premier Ministre, un chancelier hors du Conseil (lui-même réduit) et ne pouvant rien sceller sans l’avis royal et les quatre secrétaires d’Etat aux ordres directs du souverain (p. 72). Fouquet, Le Tellier et Lionne font seuls partie du Conseil restreint. Mais en cela, le roi ne fait que suivre les conseils de son parrain : le cardinal Mazarin. Mais Fouquet (dont l’arrestation toute en douceur montre qui est le maître) est vite remplacé par Colbert. L’auteur fait sur ce sujet un long développement qui montre toute la complexité dans laquelle le roi fait un choix qui est un choix stratégique en plus d’un choix de personne (p. 81-87).

Le chapitre suivant revient sur ce qui fut le grand traumatisme de l’enfance de Louis XIV : la Fronde. Il est par exemple question de février 1651, quand la régente, pour calmer la foule en dehors du palais, l’autorise à voir le petit dans son lit et où ce même roi âgé de 12 ans feint le sommeil. Foule furieuse en entrant, la voilà apaisée par la seule grâce du corps du roi, ce dont ce dernier se souviendra. Mais la Fronde permet aussi au roi de voyager et de découvrir son royaume. La Fronde prend fin en 1652, par l’arrestation du cardinal de Retz, ordonné en personne par le roi, à l’étonnement même de son confesseur, qui découvre un Louis XIV qu’il ne connaît pas (p. 102). Les enseignements que tire le roi de la Fronde se manifestent par la mise au pas des parlements, exclus de la gestion des finances, et à la très forte limitation du droit de remontrance et à la réorganisation du système des faveurs en remettant le roi au centre. Et autour de ce centre, ce fut Versailles … Cette expérience et ces leçons (dont la solitude du souverain), Louis XIV les mis à l’écrit dans ses Mémoires, dictés à partir de 1667 pour le dauphin et contenant des maximes qu’il donnera aussi à son petit-fils, Philippe V d’Espagne.

Les deux chapitres suivants sont consacrés au fonctionnement du gouvernement, avec un roi qui se doit d’avoir un œil sur tout, d’avoir la connaissance la plus parfaite de la réalité, pour pouvoir agir en père. Mais pour ce qui est du fonctionnement au jour le jour, les documents manquent et il faut ainsi se contenter des relations entre les trois collaborateurs les plus proches : Lionne, le Tellier et Colbert pour les premières années du règne. Tous sont jaloux de leurs prérogatives, et si le Tellier ne cherche pas trop le conflit avec Colbert, Louvois son fils est bien plus offensif (p. 124). Le roi aime ces lignées ministérielles, celles qui accumulent une expérience que n’ont pas les hommes nouveaux. Mais à la fin, c’est toujours le roi qui décide en son conseil (qui avait lieu trois fois par semaine), après avoir écouté l’avis de tous les ministres (jamais plus de cinq sur toute la durée du règne, et le Grand Dauphin n’y entre qu’à ses trente ans en 1691). Mais Louis XIV ne travaille pas politiquement que dans son conseil, il passe ses journées à s’entretenir avec ses ministres et les responsables des grandes administrations (les Fortifications par exemple). Ces réunions peuvent durer des heures, et parfois en présence de Mme de Maintenon dans la seconde partie du règne. En plus de cela, le roi gère les opérations militaires en correspondant avec ses généraux. Et la bureaucratie que cela induit, non seulement grossit au fil du règne, se spécialise, gagne en expérience mais surtout se détache de l’esprit de clientèle qui l’animait encore dans les années 1660 (p. 150). « L’Etat demeurera toujours » a dit le Roi-Soleil …

Autre aspect du règne sur lequel revient J. Cornette dans le huitième chapitre, la fabrique de la grandeur, qui démarre avant la naissance du roi puisque sa naissance n’a lieu que 23 années après le mariage de ses parents. La seconde grosse opération de relations publiques est son mariage, qui donne lieu à plus de 150 publications (Racine, Perrault, Corneille et Mme de Scudéry sont du lot). Louis XIV a considéré toute sa vie qu’il était en représentation et qu’il n’est pas un particulier (p. 165) et il confie sa scène à la Petite Académie qui rassemble des artistes à qui sont passées des commandes et qui fait partie de tout un mouvement d’étatisation de la culture. Il n’y a qu’un but : stimuler l’obéissance (p. 168), et ceci dans toutes les parties du royaume.

Les artistes doivent rendre visible la gloire royale, et cette gloire que Louis XIV doit fournir à ses artistes, il la tire principalement de la guerre (chapitre 9). Le roi est parfois accompagné par des écrivains (p. 178) ainsi que des peintres et des graveurs et les victoires du roi sont mises en musique par Lully (les artistes remplacent les juristes dans la fabrique de la grandeur royale). Le roi participe aux campagnes jusqu’en 1693, particulièrement aux sièges, en prenant les décisions après avoir concerté ses maréchaux. Après 1693, Louis XIV gère les guerres depuis Versailles, la guerre ne pouvant plus le tenir éloigné des autres affaires de l’Etat mais continue de connaître de manière très poussée ses armées (jusqu’au nom des soldats auteurs d’actes de bravoure ou les noms des officiers).

J. Cornette montre ensuite dans le dixième chapitre le revers de la médaille de la politique belliqueuse du roi, qui explique les expressions de mécontentements après 1715. Dès 1673, il n’y a plus de budget en équilibre, ce n’est plus qu’une constante course en avant pour pouvoir couvrir les dettes l’entretien de centaines de milliers de soldats (p. 199). Ces difficultés financières aggravent les crises frumentaires des années 1691-1694 ou 1708-1711 qui causent plus de deux millions de morts (peut-être 20% de la population adulte, p. 202-203 !). La crise de 1709 est du fait de l’expérience de 1693, bien mieux gérée avec une très forte intervention de l’Etat, mais les séditions n’ont pu être évitées et les critiques parviennent à Versailles, certains pensent dès 1710 l’après-Louis XIV. Ainsi on discute de réformes constitutionnelles en milieu noble mais pas en milieu bourgeois (p. 214-216).

Les deux chapitres suivants détaillent les deux sujets de préoccupation majeurs de Louis XIV sur son lit de mort : la religion et sa famille. Pour ce qui est de la religion, le roi Très-Chrétien (sincèrement très pieux et même encore thaumaturge un mois avant sa mort, p. 227-228) reste attaché à l’unité de la chrétienté et après avoir fortement combattu le protestantisme (avec pour conséquence le départ de 200 000 huguenots), et a combattu tout aussi fortement le jansénisme. Tous deux s’opposaient à la conception de l’obéissance qu’avait Louis XIV (p. 242). La famille royale ensuite. Louis XIV a reconnu pas moins de vingt-deux enfants, dont le Grand Dauphin né en novembre 1661. C’est le seul des enfants légitimes qui ne mourut pas avant les cinq ans. Il eut cinq enfants avec Louise de La Vallière, neuf avec Mme de Montespan, et un enfant mort-né d’Angélique de Fontanges. Les enfants du roi durent cohabiter, ce qui couta au Grand Dauphin, tant son père aimait à favoriser ses bâtards (p. 269). Les dernières années du règne sont accablantes pour le roi : en 1711 et 1712, en l’espace de onze mois, meurent son fils, son petit-fils (et sa femme, très proche du roi) et un arrière-petit-fils. Ne restent parmi ses descendants qu’un arrière-petit-fils, le petit duc d’Anjou, que manquent de faire périr les médecins. Son oncle, le duc de Berry, était le seul membre de la famille royale encore en vie. Que le roi ait légitimé le duc du Maine et le comte de Toulouse n’est pas sans logique dans l’optique d’assurer une succession, quelle qu’elle soit en définitive.

C’est la question de la légitimation qui est à l’ordre du jour de la séance du parlement de Paris le 2 septembre 1715 (chapitre treizième), qui voit le duc d’Orléans devenir le Régent de France, avec un pouvoir plus grand que ne le prévoyait le testament royal (p. 299), avec l’appui du même Parlement (dont les membres ont des prétentions de patriciens romains, p. 289). Cinq jours plus tard, sa place dans l’appareil d’Etat était à nouveau reconnu, lui qui avait su être si accommodant avec le Régent et en 1717, il annihilait toute possibilité de succession pour les bâtards de Louis XIV.

L’épilogue enfin démontre que 1715 n’est pas 1789 et que en trois ans, la patiente construction étatique louis-quatorzienne a été mise à bas mais pas l’Etat lui-même dans ses ramifications administratives en développement, de moins en moins clientélistes et de plus en plus orienté vers l’intérêt commun. En 1715, au travers du Parlement, s’installe au sein de l’Etat la contestation qui va irriguer tout le XVIIIe siècle jusqu’à la Révolution (p. 314).

Le livre est complété par d’abondantes notes, une sélection bibliographique et un index.

Voilà un livre qui est avant tout très très bien écrit, souvent dans un style légèrement archaïsant qui rend naturelle les citations de sources incluses dans le texte (p. 29 par exemple, avec analyse des problèmes de source p. 119). Cette analyse du règne de Louis XIV montre aussi quelle puissance d’analyse possédait Norbert Elias, toujours aussi central dans l’étude du fait de cour. Ran Halévi, spécialiste de la politique sous l’Ancien Régime, est aussi très cité (p. 224-225, le livre lui est dédié). Il n’étonnera pas le lecteur arrivé à ce point de la chronique que cet ouvrage est solidement documenté et que les reproches que l’on peut faire à l’auteur sont assez maigres. Peut-être le choix le décrire Louis XIV comme son propre ministre de la Communication plutôt que comme celui de l’Information (p. 166) peut être retenu contre lui, mais on voit le poids d’une telle erreur … Le lecteur familier de la période y sera comme un poisson dans l’eau, le didactisme de l’auteur faisant le reste, ce dernier pouvant sans doute encore accrocher à sa cordée le lecteur intéressé par l’histoire. On sort de la lecture avec une image de la plus grande clarté sur ce règne exceptionnel et son leg encore sensible aujourd’hui, que ce soit du point de vue des arts comme de celui de l’administration. Il ne dépareille pas à côté du Dimanche de Bouvines de Georges Duby.

(la Princesse Palatine et sa plume acerbe p. 259 … 8)